Shozenin koganedo du Mont Haguro

Lieu de stockage
Contact+81 235-62-2746
Liens externes
  • Important cultural properties
  • Désigné Trésor National du Japon en 1929
    Désigné Bien culturel important du Japon en 1950

    Il s’agit d’un bâtiment appartenant au temple Hagurosan kotakuji shozenin. C’est le temple numéro 1 du pélerinage de Shonai Kanon qui compte 33 temples bouddhistes.

    En comparaison avec le Daikondo (“le grand édifice”, anciennement appelé Hagurosan jakkoji, l’actuel Haguro sanjingosaiden) qui se trouve au sommet du Mont Haguro, on lui a donné le nom de Shokondo (“le petit édifice”) mais, avec le temps, on a finit par l’appeler Koganedo (“l‘édifice doré”) en référence aux 33 statues en or de Kanon qui y sont exposées.

    Il existe également une croyance orale selon laquelle cet édifice aurait été construit en 728 selon la volonté de l’empereur Shomu (quarante-cinquième empereur du Japon qui a régné de 724 à 749). Mais, l’hypothèse la plus vraisemblable est celle selon laquelle l’édifice aurait été construit en 1193 par Minamoto no Yoritomo (premier shogun du shogunat de Kamakura qui a régné de 1192 à 1199) qui avait nommé le commandant Sanehira Doi “commissaire des constructions”, dans l’espoir de vaincre le clan Fujiwara du bourg de Hiraizumi.

    Quelques années plus tard, en 1593, Amakasu Bingo no Kami, le châtelain de Sakata, et Kanetsugu Naoe, le vassal du clan Uesugi, ont effectué des travaux de rénovation de grande envergure pendant 3 ans pour donner naissance au Koganedo actuel. La rumeur qui prétend qu’il y aurait des réserves d’or dans son enceinte est toujours vivante de nos jours.

    Toiture simple en cuivre du style Gokenshimen

    Sous l’ère Meiji, suite à la promulgation d’un décret (Le « Shinbutsu bunri », terme qui fait référence à la politique de séparation du Shintoïsme et du Bouddhisme poursuivie par le gouvernement de Meiji) interdisant de mélanger les « Kami » et les « Bouddha », dans toutes les provinces du Japon on s’activait pour détruire les statues de bouddhas, les temples bouddhistes et les sanctuaires shintoïstes. Le Mont Haguro lui non plus n’a pas fait exception, il était à son apogée. Il est l’un des trois temples rescapés parmi les dix grands temples que comptait le Mont Haguro. Son véritable nom est Hagurosan chojuji kondo.

    A l’intérieur du Koganedo sont exposées 33 statues du Bodhisattva Kannon (Gohonzon, terme qui signifie objet de vénération dans le bouddhisme de Nichiren) en grandeur nature, fait extrèmement rare même dans la région du Tohoku. On y trouve également 2 paires de kongorikishi (divinités protectrices et gardes du Bouddha que l’on trouve à l’entrée de nombreux temples bouddhistes). La première paire est dans la porte principale Sanmon. Il s’agit d ‘une sculpture de 1633 faite par Koon. La deuxième paire se trouve à l‘intérieur de l’édifice. C’est une oeuvre réalisée par Zenkei datant de 1695.
    De plus, on peut également y voir la principale statue de Bouddha qui était installée dans la Pagode de 4 étages du Mont Haguro ainsi que de nombreuses statues de Bouddhas de diverses époques du Japon : Heian, Kamakura, Muromachi, Azuchimomoyama et Edo. Enfin, dans le bâtiment Otake dainichido qui se trouve dans la même enceinte, il est possible de se recueillir devant les statues des Bouddhas d’aspect original des trois montagnes de Dewa (”Sanzan honjibutsu” ; Kannon, Amida, Dainichi)qui étaient exposées dans l’édifice principal et le palais du Daikondo (anciennement appelé Haguro jakkoji, l’actuel Haguro sanjingosaiden) au sommet du Mont Haguro.