Sanctuaire des trois divinités du Haguro-san (Haguro-san sanjin gosai-den)

Lieu de stockage
Contact
Liens externes
  • Important cultural properties
  • Classé Bien culturel national important en 2000

    Ce bâtiment en bois à toit de chaume est le plus grand édifice de ce type au Japon, occupant une surface au sol de 617 m2, le sanctuaire lui-même faisant 28 mètres de haut. La largeur même de l’édifice est de 26 mètres environ, la profondeur même du bâtiment de 20 mètres environ et le toit de chaume lui-même atteint une épaisseur de 2,1 mètres. Ce sanctuaire imposant est réalisé en bois de cryptomères, entièrement laqués à l’intérieur.

    Le nom Haguro-san sanjin gosai-den (Sanctuaire des trois divinités du Haguro-san) remonte à Meiji, car c’est à cette époque que les trois monts Ideha furent considérés comme des manifestations divines. Autrefois, il s’appelait « pavillon des divinités provisoires » (Gongen-do), un pavillon dédié aux divinités bouddhiques et shinto des monts Gas-san, Haguro-san et Yudono-san). Construit en 1818 dans le style Gongen pour les pratiques communes du bouddhisme et du shintoisme, ce bâtiment immense peut s’enorgueillir d’être le plus prestigieux de ce type, avec ses 28 mètres de haut et son toit de chaume de 2,1 mètres d’épaisseur.

    Les trois monts Dewasan-san sont les massifs dans lesquels s’est développée la voie des initiés de la montagne, le Shugen-do, sorte de syncrétisme entre les aspirations spirituelles naturelles et ancestrales du peuple japonais envers la montagne et le bouddhisme, le taoisme et le confucianisme. À l’époque de Kamakura, ces massifs ont reçu le nom de « Montagne des huit cultes » et ont été vénérés par les sectes Shingon et Tendai au temple Jakko-ji jusqu’au tout début de Meiji où le culte fut déplacé dans la montagne de Kamunabi-yama, là où vivent les divinités shinto, car Meiji coïncide avec la séparation entre le bouddhisme et le shintoisme.

    Le sanctuaire des trois divinités Sanjin gosai-den correspond au grand pavillon d’or (pavillon principal) du temple Jakko-ji et durant sa longue histoire, il fut la proie d’incendies successifs. Sa dernière reconstruction date de l’époque d’Edo, en 1818.

    Les trois divinités que sont Gas-san Daijin, Haguro-san Daijin et Yudono-san Daijin ont été assises au fond derrière une porte centrale dorée. Au centre trône le sanctuaire Gas-san qui vénère la divinité Tsukuyomi-no-mikoto. À sa droite vu de face, nous avons le sanctuaire Ideha, dévoué aux divinités Ideha-no-kami et Uganomitama-no-mikoto. À sa gauche enfin, nous voyons le sanctuaire Yudono-san où sont vénérées les divinités Onamuchi-no-mikoto et Sukunahikona-no-mikoto.